ChallengeAZ

N comme Noir animal (chimie et industrie à Nantes)

#ChallengeAZ

Un des grands avantages de mon métier d’archiviste est que j’ai accès à des fonds d’archives plus divers les uns que les autres. Lorsqu’on m’a confié le fonds d’archives d‘Ange Guépin à classer, je n’avais aucune idée de qui il était.

Dans ces cas-là, des recherches historiques sont essentielles pour comprendre le sujet du fonds (personnage local, entreprise, structure associative, etc.). Quand on travaille en service d’archives, on a également la chance d’avoir à portée de main une documentation fournie et riche.

Ange Guépin est un homme politique nantais né au début du XIXe siècle. Il étudie la médecine et se spécialise en ophtalmologie. C’est pour cette qualité que les Nantais le connaissent le mieux. Mais Ange Guépin a eu plusieurs vies : homme politique, donc (conseiller municipal de Nantes (1846) et conseiller général de Loire-Inférieure (1845 et 1864), Commissaire du gouvernement provisoire pendant la deuxième République et préfet en 1870), homme de la presse (il écrit dans divers journaux, comme Le Globe), professeur de chimie (il dispense gratuitement ses cours en ville et à la faculté de médecine) et médecin (il ouvre, en 1830, un cabinet d’ophtalmologie à Nantes, notamment à destination des ouvriers victimes d’accidents du travail), industriel.

Ange Guépin est très tôt intéressé par la chimie industrielle, et notamment son utilisation dans le domaine agricole. Il se penche plus particulièrement sur la fabrication d’un engrais, le noir animal, engrais naturel obtenu par la carbonisation d’os d’animaux dégraissés. Il met au point une technique de production de noir animal factice (mélangé à de la tourbe), d’une meilleure qualité que celui qu’on pouvait trouver alors. Il installe alors une usine de production à Chantenay (sur les bords de Loire à Nantes), et à Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire. Mais progressivement, les commandes ne sont plus honorées, les clients se plaignent de la mauvaise qualité de la marchandise et les riverains se plaignent des odeurs émanant de l’usine de Chantenay. La société ferme en 1839.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur Ange Guépin, voici le lien vers l’introduction du fonds d’archives : https://inventaires-archives.loire-atlantique.fr/ead.html?id=FRAD044_19J&c=FRAD044_19J_e0000019&qid=

Le noir animal me permet d’illustrer l’étendue des sujets que nous pouvons être amenés à aborder en tant qu’archivistes. En effet, la diversité des fonds nous oblige à nous intéresser à des thèmes insoupçonnés. Grâce à Ange Guépin et son fonds d’archives, je sais aujourd’hui ce qu’est le noir animal !

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9801004q?rk=21459;2

1 réflexion au sujet de “N comme Noir animal (chimie et industrie à Nantes)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s